Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

logo-SST

 

SITUER LE SST DANS LA SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL.

Connaître les principaux indicateurs de santé au travail, connaître le rôle du SST et le cadre juridique de son intervention.

1 – PROTÉGER

Reconnaître, sans s’exposer lui-même, les risques persistants éventuels qui menacent la victime de l’accident et/ou son environnement, supprimer ou isoler le danger, ou soustraire la victime au danger sans s’exposer lui-même.

2 – De « PROTÉGER » à « PREVENIR »

Repérer les danger dans une situation de travail, les supprimer ou faire supprimer dans la limite de son champ de compétence et de son autonomie.

3 – EXAMINER

Examiner la (les) victime(s) avant et pour la mise en œuvre de l’action choisie en vue du résultat à obtenir.

4 – FAIRE ALERTER – ALERTER

Faire alerter ou alerter en fonction de l’organisation des secours dans l’entreprise ou l’établissement.

5 – De « FAIRE ALERTER » à « INFORMER »

Informer son responsable hiérarchique et/ou le(s) personne(s) chargée(s) de prévention dans l’entreprise du/des risque(s) repéré(s)..

6 – SECOURIR

Effectuer l’action (succession de gestes) appropriée à l’état de la (des) victime(s).
La victime saigne abondamment.
La victime s’étouffe.
La victime se plaint de malaise.
La victime se plaint de brûlure.
La victime se plaint de douleurs empêchant certains mouvements.
La victime se plaint de plaie qui ne saigne pas abondamment.
La victime ne répond pas mais elle respire.
La victime ne répond pas, elle ne respire plus.

 

2 jours – 4 à 10 stagiaires – Maintient et Actualisation des Compétences SST 6h tous les 2 ans.

Un Sauveteur-secouriste du travail (SST) est un membre du personnel volontaire ou désigné pour porter secours en cas d’accident.

Il doit être capable de porter secours à tout moment au sein de son entreprise à toutes victimes d’un accident au travail, dans l’attente de l’arrivée des secours spécialisés.

Il à également un rôle de prévention des accidents.

 

Art.4224-15

Le Code du travail (01/05/08) rend obligatoire la présence d’un membre du personnel ayant reçu l’instruction nécessaire pour donner les premiers secours en cas d’urgence, « dans chaque atelier où sont affectés des travaux dangereux et sur chaque chantier occupant 20 personnes au moins pendant plus de 15 jours où sont effectués des travaux dangereux ».

Il vaut mieux disposer de plusieurs sauveteurs secouristes du travail, surtout dans les lieux où les risques d’accident sont les plus élevés et les plus graves.

Les CARSAT préconisent de former 10 % des effectifs (par tranche horaire de travail) au secourisme et d’avoir au moins un secouriste par équipe.

 

 

 

Demander un devis